Evènements du mois

A partir de l’été 2019, les évènements marquants du bassin du Pacifique seront diffusés dans cette rubrique que vous pouvez contribuer à alimenter (contributions à envoyer sur communication@institut-du-pacifique.org).


Source : https://pixabay.com/fr/photos/monde-paix-continents-terre-3043067/

L’année 2024 sera marquée par de nombreuses élections dans un monde où les menaces s’accumulent, autant de facteurs d’instabilité et de conflits.

Plus que jamais souhaitons que ces prochains mois restent porteurs d’espoir et synonymes de paix et de confiance.


Le 16 février est un jour funeste pour la Russie avec la mort inexpliquée d’Alexeï Navalny, farouche opposant à Vladimir Poutine, dans le centre pénitentiaire N°3 (IK-3) dans une région reculée de l’Arctique. Le candidat à la présidentielle de mars prochain a-t-il eu vraiment si peur de lui? Mais sa mort risque de l’auréoler plus que sa détention. Malgré les risques encourus plusieurs centaines de sympathisants se sont rassemblés à sa mémoire à travers le pays et entre le 17 et 18 février 154 ont déjà été condamnés avec des arrestations dignes de l’époque stalinienne. Le 19 février, Ioulia Navalnaïa a déclaré à Bruxelles reprendre le flambeau. A cet instant, la dépouille d’Alexeï Navalny n’est toujours pas accessible à sa famille, le temps d’ »estomper » certaines traces ?

L’ex-Premier Ministre Thaksin Shinawatra est libéré de manière anticipée le 18 février pour des raisons de santé, après 15 ans d’exil à Dubaï et 6 mois de prison à son retour en Thaïlande. Quel sera son rôle dans la vie politique thaïlandaise, et notamment au sein du Parti Pheu Thaï ?

Le 18 février, une attaque en Papouasie-Nouvelle-Guinée liée à des conflits tribaux sur les hauts plateaux à plus de 600 km au nord-ouest de Port Moresby, a fait au moins 70 morts, tous les corps n’ayant pas encore été découverts. L’usage d’armes à feu a pour conséquence un nombre élevé de cas mortels ou de blessures graves.  Il semble que les combats soient toujours en cours même si la police a renforcé ses effectifs pour rétablir l’ordre et la loi.

Le gouvernement japonais a annoncé le 15février  l’entrée en récession de l’économie japonaise, passée du 3ème rang mondial au 4ème rang derrière l’Allemagne et talonnée par l’Inde.  Dans les années 80, « l’économie japonaise menaçait l’impérium américain », alors qu’aujourd’hui les Etats-Unis produisent 6 fois plus de richesse annuelle que le Japon. Quant à l’économie chinoise qui a dépassé le Japon en 2010, elle est devenue aujourd’hui 4 fois plus grande que celle du Japon.

A l’issue des élections présidentielles en Indonésie le 14 février, il ressort des premiers dépouillements que Prabowo Subianto, ministre de la Défense de Joko Widodo,  en serait le vainqueur avec plus que 55% des voix. Cela signifierait qu’un second tour ne serait pas nécessaire. Durant sa campagne électorale, il s’est engagé, tout comme les deux autres candidats, Anies Baswedan et Ganjar Pranowo, à poursuivre la politique notamment économique Jokowi. Mais ce ne sont que des promesses.

L’Année du dragon débute ce 10 février. Le dragon est le seul animal mythique ses 12 animaux du calendrier lunaire, et il est, à ce titre, réputé apporter de multiples qualités, dons, atouts divers… aux enfants nés durant cette année. Tous les pays asiatiques faisant actuellement face à un déclin démographique, de nombreux hommes politiques font référence à cette tradition pour encourager les naissances, notamment à Taïwan, à Singapour : «Bon moment pour (les) jeunes couples pour accueillir un petit dragon dans (la) famille » selon Lee Hsien Loong, Premier ministre de Singapour.

L’écrivain australien Yang Jun, emprisonné en Chine depuis 2019 pour espionnage, est condamné à mort avec sursis le 6 février.

Le 6 février l’hélicoptère piloté par Sebastian Piñera, ancien président chilien (2010-2014 et 2018-2022), âgé de 74 ans, s’est crashé dans un lac au large de Lago Ranco, à 920 km au sud de Santiago. Il en aurait perdu le contrôle et son corps a été retrouvé à 40m de profondeur.

La côte Pacifique de l’Amérique latine est soumise depuis plusieurs jours à El Niño avec en cet été une très forte canicule. Après la Colombie, c’est au tour du Chili et plus particulièrement de la région de Valparaiso d’être vicitme depuis le 2 février  d’incendies brulant tout sur leur passage. Le bilan des victimes ne cessent de s’alourdir le 5 février alors que la chaleur pourrait frapper sous peu d’autres pays voisins.

Les élections au Salvador voit le 4 février la réélection de Nayib Bukele à la tête de l’état pour un nouveau mandat de 5 ans qui démarrera le 1er juin prochain. Est-ce le résultat de l’état d’urgence  qui dure depuis des mois, l’incarcération massive de membres des gangs ( et d’autres qui n’y sont pour rien ?) et partant de ce fait le retour à la “sécurité” ?

La Corée du nord  a tiré le 2 février plusieurs missiles de croisière vers la Mer Jaune, après plusieurs tirs comme le 30 janvier un missile de croisière Hwasal-2, le 24 janvier  un missile de croisière stratégique de type « Pulhwasal-3-31 », violant ainsi les interdictions de l’ONU. Ceci fait suite à la mise sur orbite d’un 1er satellite espion fin 2023 et en janvier dernier au lancement d’un missile hypersonique avec tirs d’artillerie à munitions réelles. Kim Jong-Un affirme en outre testé un système d’armement nucléaire sous-marin. Cette agressivité s’accompagne du démantèlement de toutes les structures mises en place pour une possible réunification et de la déclaration faisant de la Corée du Sud l’ennemi N°1..

3 évêques sont nommés le 2 février  en Chine conjointement par le Vatican et par le gouvernement chinois, dans le cadre de l’accord bilatéral signé en 2018 signé pour mettre fin au système des « deux églises parallèles », une officielle et une clandestine, existant depuis la rupture des relations diplomatiques en 1951 (Mao avait alors créé en 1957 une Eglise catholique indépendante de Rome). Signé pour 2 ans, l’accord de 2018 (dont le contenu n’a pas été publié) a été renouvelé en 2020, puis en 2022. Fin 2023, le Vatican s’est efforcé d’aboutir à un « compromis pragmatique », en dépit des nominations ‘autonomes » de Pékin : en septembre lors de sa visite à Oulan Bator, le Pape a exhorté les catholiques chinois à père « de bons chrétiens et de bons citoyens », une délégation du Vatican s’est rendue à Pékin fin novembre 2023.

Han Kuo-yu du KMT, qui avait perdu les élections en 2020 face à Tsai Ing-wen, est élu le 1er  février à la présidence du Yuan législatif à Taiwan, mais sans les 8 voix du TPP. Le DPP avec ses 51 voix n’a pas la majorité au Parlement et devra composer pour pouvoir gouverner. Le KMT a remporté les élections législatives avec 54 voix sans avoir de majorité et lui aussi devra composer…

Ce 1er février marque le 3e anniversaire de la prise de pouvoir par la junte militaire au Myanmar. Alors que les villes birmanes sont vides de gens, Bangkok voit des centaines de personnes manifester contre la junte arborant entre autres des portraits d’Aung San Suu Kyi. Le 31 janvier, les militaires ont une nouvelle fois prolongé de 6 mois l’état d’urgence tout en « facilitant » les règles de participation aux prochaines élections…

Le 31 janvier marque la célébration officielle du 60ème anniversaire des relations diplomatiques franco-chinoises à Versailles et le  lancement de l’année franco-chinoise du tourisme culturel. L’accent est mis sur « le rôle central de la culture dans (notre) relation bilatérale » avec côté chinois une exemption de visa pour des séjours de moins de 15 jours pour les Français (sans réciproque pour l’instant). Parallèlement, 4 expositions sont prévues en France liées à l’Empire du Milieu en 2024, histoire de faire oublier « les mésaventures » en 2020 de l’exposition Gengis Khan de Nantes (à voir jusqu’au 5 mai 2024)…

Des conditions spéciales ont été introduites en 2012 pour attirer les investissements étranges : pas de limite d’âge, pas de test d’anglais, mais investissement minimum de 5 millions de $ et 40 jours de résidence par an. Ce « visa doré » n’a pas obtenu le 29 janvier  les résultats espérés et présente des risques en matière de sécurité et de blanchiment. Il vient d’être supprimé, comme plusieurs Pays européens l’ont également fait.

Le 26 janvier, le jour de la fête nationale australienne est en fait la date de début de la colonisation britannique en « Nouvelle Angleterre » selon le nom de cette époque. Mais aujourd’hui, c’est plutôt considéré comme « l’Invasion Day », et donc pas un jour de fête, notamment pour les aborigènes qui ont été largement massacrés.

La Chine et Nauru nouent le  24 janvier  des relations diplomatiques après la rupture de Nauru avec Taïwan, réduisant ainsi à 3 Etats dans le Pacifique (sur 12 dans le monde) qui ont encore des relations avec Taïwan : îles Marshall, Palaos et Tuvalu.

L’Equateur déploie déploiement l’armée le 8 janvier pour faire face aux gangs liés aux mafias de la cocaïne, donnant lieu à des débats sur l’efficacité à court terme de cette militarisation à outrance en comparaison des risques sur les droits de l’Homme.

Les 23 et 24 janvier une réunion discrète entre loyaliste et indépendantistes aurait abouti à u projet d’accord pour le futur statut du territoire. L’accord en préparation succèdera à ceux de Matignon (1988) et de Nouméa (1998). M. Darmanin, Ministre de l’Intérieur et des Outre-Mer ira en Nouvelle Calédonie le 20 février pour « aborder les sujets régaliens et économiques », les « sujets politiques feront ensuite l’objet d’une réunion trilatérale ».

Les ministres de la défense des pays du Pacifique sud se réuniront du 4 au 6 décembre à Nouméa. Cette réunion, dite SPDMM, a vu le jour il y a dix ans. Cette année, l’ordre du jour porte sur les conséquences du changement climatique, la sûreté des espaces maritimes et la préparation des forces armées aux interventions en cas de catastrophes. Ces réunions permettent le dialogue et la coordination entre l’Australie, le Chili, Fidji, la France, la Nouvelle Zélande, la Papouasie-Nouvelle Guinée et Tonga avec Trois observateurs : les Etats-Unis, le Japon et le Royaume-Uni.

Le ministre français des armées, Sébastien Lecornu, est en tournée dans l’Indopacifique du 2 au 8 décembre. Accompagné de son cabinet et de représentants des Etats-majors, ils se rendent aux Philippines, en Nouvelle Calédonie et en Malaisie à l’occasion du 10ème Forum des ministres de la défense du Pacifique sud, seule instance militaire dans la région à laquelle la France est associée depuis 2013 aux côtés de l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Fidji, la Papouasie-Nouvelle Guinée, les îles Tonga.

Mme Catherine Colonna, Ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères sera en Australie les 4 et 5 décembre 2023.

C’est le signe d’une réaffirmation de l’intérêt français pour la région (Stratégie française pour l’Indopacifique de 2019, souhait d’apparaitre comme une « puissance d’équilibre ») après l’annulation de la participation à la réunion du Dialogue de Shangri-La en juin dernier, alors que la France avait été admise comme observateur au sein de l’ASEAN.

Parallèlement, ce sera aussi une promotion de l’industrie française de défense (déjà bien implantée dans la zone) auprès de la Malaise et des Philippines : perspectives d’achats de sous-marins par les Philippines ??? Naval group a déjà vendu 2 Scorpène à la Malaise en 2002.

Un point le 30 novembre sur les relations Chine – Etats-Unis : Après l’échec du sommet de Bali en 2022, les échanges de cet été avec les visites à Pékin d’Anthony Blinken, de Janet Yellen, de Gina Raimondo et de John Kerry ont permis quelques avancées au sommet de San Francisco : reprise des communications d’armée à armée (particulièrement utile en cas de tensions encore accrues en Mer de Chine), et efforts de collaboration face à la crise du fentanyl. S’y ajoute à la veille du sommet la déclaration de Sunny-lands pour la mise ne place d’un groupe de travail sur la coopération climatique. Mais aucun agenda en matière de cybersécurité, de droits de l’Homme, d’intelligence artificielle, de tensions territoriales….et l’idée d’un « secrétariat Etats-Unis-Chine » n’a pas été retenue…

Il semble le 29 novembre que l’accord UE – Mercosur négociation depuis plus de 20 ans pourrait finalement aboutir rapidement. Y sont favorables : l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, les Scandinaves et la Commission. Sont plus réticents la France, la Belgique, l’Autriche, l’Irlande inquiets pour leur secteur agricole. Conclu en 2019, il avait été gelé du fait de la présidence Bolsonaro au Brésil. Les Européens veulent intégrer des mesures de respect des accords de Paris sur l’environnement, considérées par certains en Amérique latine comme des « mesures impérialistes ». L’entrée en fonction de Javier Milei en Argentine le 10 décembre remettra-t-elle en cause cet accord ?

L’Accord UE-Chili est lui aussi susceptible d’être signé aussi en décembre.

Ces accords devraient surtout sécuriser les approvisionnements européens en matières critiques (cobalt, lithium, graphite). Dans le cas où il n’y aurait pas d’accord, la Chine cherchera rapidement à prendre la place….

Les « formes » des audiences (vêtements et perruques des juges !!) au tribunal de Hong Kong perdurent le 28 novembre pour les jugements des étudiants accusés d’être des émeutiers lors des manifestations prodémocratie de novembre 2019. Maos les peines en vertu de la Loi sur la sécurité nationale sont très lourdes, et 2019 est « l’équivalent de Tien An Men pour Hong Kong ». Il existe quelques interstices de liberté, mais ils se réduisent peu à peu, et les opposants seront pourchassés toute leur vie, même à l’étranger. Les procès doivent reprendre le 29 novembre en attendant celui de Jimmy Lai qui est menacé de terminer sa vie en prison.

Après les restrictions survenues en août dernier (cf cette rubrique en août), de nouvelles dispositions ont été rendues nécessaires le 27 novembre concernant la réduction de trafic maritime dans le canal de Panama car octobre a été le mois le plus sec depuis 70 ans. Progressivement, le transit de navires va être désormais de 18 par jour en février 2024 alors qu’il était de 36.

Le 27 novembre, l’Accord de libre-échange UE – Nouvelle Zélande est annoncé pour entrer en vigueur début 2024, après ratification par la Nouvelle Zélande. L’UE est le 3ème partenaire commercial de la Nouvelle Zélande qui exporte principalement des produits agricoles. Il est considéré comme un modèle de traité de libre-échange « nouvelle génération ».

L’Exposition des œuvres de Zao Wou-ki ouverte à l’Académies des Arts de Hangzhou le 24 novembre se déroulera jusqu’en février 2024. La vie du peintre est retracée « avec une rare honnêteté », rappelant qu’il est parti en France en 1948 où il s’est installé. Exposé au musée Cernuschi à Paris dès 1946, il a obtenu la nationalité française en 1964. Invité en Chine en 1985 à Hangzhou où il était né en 1920, il constate lors de son enseignement que la peinture abstraite est peu appréciée en Chine. L’exposition qui met en valeur les influences chinoises et occidentales dans son œuvre, est le premier évènement qui se déroule dans le cadre de l’année franco-chinoise 2024 du tourisme culturel décidée par les Présidents Macron et Xi Jinping. Malgré le nombre important d’œuvres présentées, on remarquera que certains collectionneurs, notamment Taïwanais, ont refusé de prêter leurs toiles de crainte de ne pas les récupérer….

La circulation des personnes sera facilitée avec la Chine : Le ministère français de l’Europe et des affaires étrangères a annoncé le 24 novembre que les Chinois titulaires d’un Master (chinois ou français) pourraient bénéficier d’un visa de circulation de 5 ans. Entre le 1er décembre 2023 et le 30 novembre 2024, les citoyens français entrant en Chine pour affaires, tourisme, visite de parents ou d’amis, ou pour un transit inférieur à 15 jours n’auront pas besoin de visa, a déclaré le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi après sa rencontre avec la ministre française de l’Europe et des Affaires étrangères, Mme Catherine Colonna. La même politique est appliquée pour les citoyens de l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, les Pays-Bas et la Malaisie.

Le 21 novembre, l’alerte a été donnée sur « une maladie respiratoire non diagnostiquée » touchant de nombreux enfants en Chine par le Société internationale des maladies infectieuses (ISID). Le 22 novembre, la demande d’informations formulée par l’OMS n’a pas reçu de réponse des autorités chinoises. Ceci fait suite à une information parue dans Global Times le 12 octobre d’une augmentation des infestions pulmonaires. Les propos rassurants des spécialistes occidentaux sur la dangerosité de la bactérie responsable de cette maladie (et ce n’est pas un virus) alternent avec les craintes liées aux souvenirs de l’apparition du COVID-19 il y a quatre ans.

Comme lors du sommet de Bali le 14 novembre 2022, les Présidents Biden et Xi Jinping se sont rencontrés en marge du Sommet le 15 novembre. Les deux présidents souhaitent mettre fin à la dégradation de leurs relations et améliorer la communication entre leurs deux pays après les nombreux incidents de l’année écoulée : avion-espion chinois au-dessus des USA, politique restrictive d‘exportation de matériel électronique, soutien réaffirmé à Taïwan du côté américain ; renforcement du contrôle des investissements étrangers, limitation des exportations de terres rares, multiplication des manœuvres militaires autour de Taïwan du côté chinois. Les quatre heures d’entretien n’ont pas suffit à faire disparaître les différences fondamentales. Le contexte du conflit en Ukraine qui rapproche Chine et Russie, et les perspectives des élections à Taïwan (Janvier) et aux Etats-Unis (novembre) limite les espoirs à attendre, du fait du « fossé politico-idéologique qui les sépare », mais au moins rétablir le contact permettra de réduire les risques de conflit en rouvrant les canaux de communication entre hauts responsables militaires.

En marge du sommet de l’APEC à San Francisco, un déjeuner a réuni le 15 novembre 300 personnes, les patrons des 20 premières entreprises implantées en Chine et de nombreux chefs d’entreprises (dont Elon Musk, Tim Cook d’Apple, Albert Bourla de Pfizer….) pour écouter Xi Jinping réaffirmer que la Chine est « prête à être un partenaire et un ami des Etats-Unis » … Ils avaient payé 2 000 US $ pour ce déjeuner ….

Plusieurs ports australiens ont été bloqués le 12 Novembre du fait d’un incident de cybersécurité auprès de la société DP World qui opère 40% du transport de marchandises en Australie.

La France et le Japon doivent signer une nouvelle feuille de route quinquennal portant sur un « partenariat d’exception » mis en place en 2013. Prévue pour mai 2023, lors du G7 d’Hiroshima, cela a été reporté par Emmanuel Macron. Le 8 novembre, en marge du G7 des ministres des affaires étrangères les 2 ministres des affaires étrangères ont réaffirmé leur attachement à ce partenariat d’exception portant sur un Indopacifique libre et ouvert, comprenant des exercices militaires conjoints au Japon et en Nouvelle Calédonie. Cependant l’opposition de M. Macron à l’ouverture d’un bureau de l’OTAN à Tokyo a été peu appréciée. S’y ajoutent des désaccords plus profonds sur la peine de mort, les droits à l’avortement …

La constitution actuelle du Chili a été instaurée en 1980 par Pinochet. Lors des dernières élections présidentielles, un consensus s’était dessiné pour un changement constitutionnel. Après un premier rejet le 4 septembre 2022 à 62%, une deuxième proposition est soumise le 7 novembre. Le nouveau texte est plus centré sur les libertés individuelles que sur les droits des citoyens. 70% des Chiliens seraient opposés au nouveau texte.

M. Anthony Albanese est le 7 novembre le premier chef de gouvernement australien à être reçu à Pékin depuis 7 ans. L’objectif est de renouer des relations basées sur des intérêts économiques réciproques, mais qui resteront limités par d’importantes différences d’intérêts et de valeurs.

Commencées en 2018, les négociations en vue d’un accord de libre échange UE – Australie n’ont pas abouti ce 30 octobre. Le poids de l’agriculture est un obstacle difficile à surmonter semble-t-il alors que l’atmosphère ce weekend était à l’optimisme. A quand la prochaine étape ?

Les médias d’état chinois rapporte le 27 octobre la mort de l’ancien Premier Ministre Li Keqiang qui a succombé à Shanghai à une crise cardiaque, sans pouvoir être ranimé (!). Homme investi dans la politique dès 1976, il fait des études de droits à Pékin qu’il complète par un doctorat en économie rurale. Il gravit les échelons jusqu’à être pressenti pour devenir chef d’état, mais cela n’arrivera pas car Xi Jinping lui ravira la place. L’économie chinoise connait sous sa houlette une croissance solide avant de ralentir avec l’épisode Covid-19. Devenu N°2 du PCC  en 2012, il est exclu en octobre 2022 du comité permanent. Il laisse l’image d’un homme compétent en matière économique.

La Commission centrale d’inspection de discipline (CCDI) en Chine a interdit le 26 octobre aux cadres du PCC d’investir dans des fonds d’investissements privés. Cela se situe dans le cadre de la campagne anti-corruption menée par Xi Jinping et fait suite à la centaine d’arrestations ayant eu lieu depuis un an : Bao Fan, co-fondateur de la Banque China Renaissance ; Liu Liangen, ancien Président de la Bank of China ; Li Xiaopeng, ex-patron de China Everbright ; Zhang Hongli, ancien vice-directeur de Industrial and Commercial Bank of China….

Chine et Philippines s’accusent réciproquement le 22 octobre de la « collision » entre les garde-côtes chinois et un bateau de ravitaillement philippin à environ 25 km de l’atoll Second Thomas Shoal dans les îles Spratleys. C’est un énième incident entre ces deux pays alors que la Chine s’arroge la majeure partie de la mer de Chine méridionale au détriment des autres nations riveraines. Jusqu’où cela peut-il mener dans un monde déjà tourmenté ?

Le 3e sommet de la BRI se tient à Pékin les 17 et 18 octobre et réunit plus de 130 pays. Il marque le 10e anniversaire du lancement de ce projet par Xi Jinping. Dans cette décennie, de nombreuses infrastructures tant terrestres que maritimes ont vu le jour facilitant les échanges commerciaux et humains pour ne citer que cela. Cela a incité d’autres pays à adopter des initiatives similaires comme B3W (Build Back Better World), le Global Gateway et l’IMEC (India Middle East Europe Corridor).

L’Equateur élit le 15 octobre son plus jeune président en la personne de Daniel Noboa. Le Conseil National Electoral annonce sa victoire avec 52,30% en sa faveur contre 47.70% à Luisa Gozales, soutenue par Rafael Correa en exil après avoir été condamné pour corruption, alors que 90% des bulletins ont été dépouillés. D. Noboa n’aura que 14 mois jusqu’à Mai 2025 pour notamment tenter de redresser l’économie, agir en faveur de l’emploi (pour endiguer l’émigration vers les USA ?), lutter contre la violence croissante qui déchire le pays…

Les élections mettent le 14 octobre un terme à deux mandats du Parti travailliste néozélandais avec la victoire de la coalition du Parti National et de l’ACT. Christopher Luxon succède à Chris Hipkins avec des promesses sur l’amélioration du coût de la vie, la restauration de la loi et de l’ordre, une meilleure politique de santé et d’éducation.

Le 14 octobre, les Australiens ont dit non au référendum signifiant ainsi que la Constitution restera ce qu’elle est et que les Aborigènes et les habitants de l’ile de Torres devront encore ( ?) attendre pour être reconnus comme les premiers habitants de l’Australie. Le projet « The Voice » ne verra donc pas le jour, mais peut-être cette démarche permettra-t-elle de mieux faire entendre leurs voix ?

Alors que le 9 mai dernier, le Japon et la France élèvent leurs relations au niveau de « partenariat d’exception », les deux pays vont achever le 30 septembre trois semaines d’exercice militaire terrestre en Nouvelle-Calédonie. Cela s’inscrit également dans le partage de la visio d’un Indo-Pacifique libre et ouvert.

Comment interpréter l’installation de barrières flottantes le 24 septembre par la Chine au large du récif de Scarborough empêchant  entre autres les bateaux philippins de pêcher ? Pékin poursuit sa politique insidieuse de s’approprier des espaces qu’ils soient maritimes, terrestres voire aériens avec par exemple ses vols répétés au-delà de la ligne médiane dans le détroit de Taiwan. Le plus « cocasse » est d’être membre du Conseil de Sécurité de l’ONU et de violer régulièrement la Charte de Nations Unies et surtout d’accuser ceux qui ne partagent pas ses décisions de ne pas respecter ces mêmes règles. Jusqu’où peut aller cette politique du fait accompli ?

A l’occasion de l’ouverture des Jeux Asiatiques à Hangzhou, Xanana Gusmao, le premier ministre du Timor-Leste,  et Xi Jinping  élèvent le 23 septembre leurs relations au niveau de partenariat stratégique afin de renforcer leur coopération et les investissements en provenance de Pékin notamment dans l’énergie, l’agriculture et les infrastructures. Et cela au moment le Timor-Leste projette de démarrer vers 2030 sa production de gaz naturel. Le Timor-Leste souligne néanmoins sa volonté de ne pas être impliqué dans la rivalité sino-américaine et de maintenir ses liens avec ses voisins.

Le sommet du G20 se tient à New Delhi les 9 et 10 septembre mais sans la présence de Xi Jinping et de Vladimir Poutine. La déclaration commune de 37 pages a déjà été adoptée selon laquelle «tous les États doivent s’abstenir de menacer ou d’employer la force pour chercher à acquérir des territoires à l’encontre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale (…) de n’importe quel État» en référence à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. L‘Arabie Saoudite, la Chine et la Russie ont bloqué la mention de la sortie des énergies fossiles sans oublier le charbon largement consommé et produit , entre autres, par la Chine, l’Inde,  l’Australie et l’Indonésie (que va donner la COP28 ?). Un financement de 200 milliards de dollars de prêts supplémentaires a été approuvé pour la prochaine décennie pour les pays pauvres. L’Union africaine forte de ses 55 pays fait son entrée dans un G20 intégrant ainsi davantage le Sud.

6 semaines après la visite d’ E. Macron à Nouméa, le gouvernement français présente à Paris le 6 septembre aux différents responsables calédoniens un projet d’accord sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie en vue de la révision de la constitution française. Au centre des débats: le « dégel » du corps électoral, l’exercice du droit à l’autodétermination, la citoyenneté calédonienne et l’exploitation du nickel. G Darmanin, Ministre de l’Intérieur et G Vigier, Ministre délégué aux Outre-Mers se rendront à Nouméa en octobre en espérant finaliser l’accord politique.

Le 6 septembre se déroule à Papeete une conférence pilotée par le consulat chinois sur « Le Développement commun: Réduction de la pauvreté, amélioration du bien-être du peuple, durabilité « en partenariat avec la chaîne chinoise CGTN, qui retransmet l’événement.

Le sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement  de l’ ASEAN se déroule à Djakarta du 4 au 7 septembre.

Du 31 août au 4 septembre, le Pape François est en Mongolie.  Cette Eglise catholique fondée en 1992 par 3 missionnaires est la plus petite au monde avec environ 1400 membres (0,04 % de la population), mais présente des records de croissance. La population de 3,4 millions d’habitants est bouddhiste à 53%. Les protestants évangélistes et mormons représentent 2% de la population.

Le 30 août une aide militaire directe à Taiwan a été approuvée par l’administration américaine pour la 1ère fois, indépendamment des ventes d’armes. Le Département d’Etat rappelle que cela n’implique pas de reconnaissance de la souveraineté de Taïwan. Les élections présidentielles auront lieu le 13 janvier 2024. La candidature de Terry Gou, fondateur de FoxConn, a été refusée par le Kuomintang qui lui préfère Hou Yu-Ih, maire du nouveau Taïpei. Mais Terry Gou sera candidat indépendant (29 août). Le Vice-président Lai Ching-te sera le candidat du parti au pouvoir (Parti Démocratique Progressiste – DPP) depuis 2016.

Le 30 août, le Premier Ministre Antony Albanese a fixé au 14 octobre le référendum sur le projet de création d’une Voix aborigène pour conseiller le Gouvernement et le Parlement sur les problématiques concernant les Aborigènes. Cela suppose une modification de la Constitution en créant une Commission permanente représentants les 300 nations indigènes (soit environ 3% de la population). A noter une difficulté juridique : en Australie, pour être adopté un référendum doit obtenir une double majorité, une majorité au niveau national ET une majorité au niveau d’une majorité d’Etats. Depuis 1901, seuls 8 référendums sur 44 ont été adoptés.

2 ans après le rétablissement de leurs relations diplomatiques, le Nicaragua et la Chine signent virtuellement  le 30 août un accord de libre-échange afin d’accroitre leurs échanges commerciaux et économiques. L’entrée en vigueur de cet accord est prévu pour le début de l’année prochaine.

Le 29 août, Gina Raimondo, Ministre américaine du Commerce a rencontré à Pékin Wang Tiao, son homologue chinois et a aussi visité Shanghai. Un groupe de travail les questions commerciales et les investissements a été mis en place pour reprendre « l’agenda de Bali » (novembre 2022). 27 entreprises chinoises ont été retirées de la « liste noire » américaine.  Depuis juin, c’est la 4ème visite américaine de haut niveau à Pékin (Secrétaire d’Etat Antony Blinken, John Kerry, envoyé spécial pour le climat, Secrétaire au Trésor Janet Yellen). Sans compter la visite de Henry Kissinger (à plus de 100 ans !)  le 20 juillet qui a rencontré Xi Jinping, Wang Yi, ministre des affaires étrangères et Li Shangfu, ministre de la défense sous sanctions américaines.

Le 28 août des peines de prison de 8 à 25 ans ont été confirmées par la Cour Suprême contre 7 anciens militaires coupables de l’assassinat du chanteur Victor Jara ainsi que du Directeur général des prisons militant communiste Litté Quiroga, le lendemain du coup d’Etat de Pinochet en 1973. L’un des accusés s’est suicidé.

Le 26 août, au retour du Sommet des BRICS, Xi Jinping a fait une courte halte au Xinjiang. Durant sa visite, il a assuré « maintenir le cap, combiner le développement et la lutte contre le terrorisme et le séparatisme, …. donner la priorité à la stabilité sociale pour garantir le développement ». C’est la 2ème visite de XI Jinping depuis le début de la campagne Yanda (« frapper fort ») en 2014 après les attentats attribués à des militants séparatistes.

Le 24 août, des mesures exceptionnelles ont été prises par l’Autorité du Canal de Panama (PCA) afin de restreindre le trafic et le volume de chargement des navires sur toute la longueur du canal (80 Km) en raison de la baisse du niveau d’eau liée à la sécheresse sur l’isthme. Le 24 août, 130 bateaux étaient en attente. Depuis la fin juillet, le nombre de navires autorisés à franchir les écluses est passé de 40 à 32 par jour, et le tirant d’eau de 50 pieds à 44 par rapport au temps normal.  Ces limitations entraînent une hausse des factures pour les transporteurs (environ 500 $ par conteneur) et une baisse des revenus annuels pour le Panama (200 à 300 millions de $ sur un CA de 3 milliards $ en 2022). De fortes pluies seraient appréciées de septembre à novembre de manière à alimenter en eau potable les deux lacs alimentant les écluses qui culminent à 26 m au-dessus du niveau de la mer. Le canal de Panama permet de transit de 6% du commerce mondial, de 40% du trafic américain de porte-conteneurs. Il revêt une importance majeure pour éviter la route du Cap Horn beaucoup plus longue.

Lors de la conférence de presse du 24 août, le président sudafricain annonce que la « famille » BRICS comptera à partir du 1er janvier prochain 6 nouveaux membres. Il s’agit de l’Iran, de l’Argentine, de  l’Egypte, de l’Ethiopie, de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis, malgré les craintes et réticences de l’Inde et du Brésil. Ce nouveau groupe se veut non-aligné et désire élargir son influence face à l’Occident alors que nombre d’autres pays frappent à la porte. Le groupe est largement dominé par la Chine qui représente 70% du poids économique total. La Chine se verrait bien « chef d’orchestre » du groupe, mais l’hétérogénéité des intérêts de chaque Etat diminue la capacité des BRICS à agir. Quelques chiffres : BRICS (à11) : 50% de la population mondiale, 37% du PIB, 50% des réserves d’hydrocarbures et le G7 : 9,8% de la population mondiale, 1/3 de la richesse économique.

L’Equateur choisit le 20 août avec 33,5 % des suffrages de porter au second tour des présidentielles la corréiste Luisa Gonzalez face à Daniel Noboa, challenger de droite inattendu après l’assassinat de Fernando Villavicencio. Christian Zurita, qui l’a remplacé au pied levé, n’est arrivé qu’en troisième position. Ensemble, ils avaient enquêté sur la corruption ce qui a eu entre autres pour conséquence la condamnation à huit ans de prison de Rafael Correa, depuis en exil en Belgique.  Attendons le 15 octobre pour voir vers où s’orientera l’Equateur.

Bernardo Arevalo, fils du premier président guatémaltèque élu en 1945, remporte le scrutin du 20 août avec la promesse de venir à bout de la corruption qui gangrène depuis des décennies le pays. Tout comme sa rivale Sandra Torres (notamment soutenue par les  conservateurs et les évangélistes), il représente le centre gauche avec une volonté de changement souhaitée par les jeunes. Combattre la pauvreté, la violence et la corruption sera sans conteste au cœur de sa politique avec l’espoir de freiner l’exode vers les Etats-Unis et de développer le Guatemala. Sa prise de fonction est prévue le 14 janvier 2024. Mais les élites corrompues sont inquiètes du fait de son programme de lutte contre la corruption. Le parti d’Arevalo, Semilla, a été suspendu par le Tribunal suprême électoral, entraînant le 29 août la préoccupation du Mexique, de l’Espagne et des Etats-Unis devant ces tentatives de « saper la démocratie ». A noter que Semilla n’a que 23 sièges au Parlement, alors que 81 voix sont nécessaires pour la majorité qualifiée. Ce qui suppose des difficultés à venir.

En lançant le 19 août des manœuvres militaires  autour de Taiwan en “représailles “aux 2 escales de son vice président William  Lai aux USA lors de son déplacement au Paraguay, Pékin , non seulement menace la stabilité régionale, mais cherche peut-être (?) à influencer le résultat des prochaines élections taiwanaises et à faire oublier l’espace d’un instant la situation économique du pays avec notamment un chiffre record du chômage des jeunes à plus de 21% et un secteur immobilier au bord du gouffre.

Le 18 août, lors du sommet de Camp David, la Corée du sud, le Japon et les Etats-Unis ont prévu une coopération triangulaire avec des rencontres trilatérales annuelles, des manœuvres communes et des échanges d’informations des services de renseignement. Mais ce rapprochement est fragile du fait des questions mémorielles non soldées et des incertitudes électorales à venir. De plus la Chine reste le partenaire économique essentiel pour la Corée et le Japon.

Le 15 août marque pour la Corée du Nord la « journée de la libération », ce qui n’a pas échappé à V. Poutine qui a profité de l’occasion pour appuyer son soutien à son collègue nord-coréen. Ce dernier sous prétexte de renforcer la stabilité de la péninsule coréenne (un discours qui rappelle celui de son homologue à propos de son invasion de l’Ukraine pour soi-disant protéger une Russie qu’il voit menacer de toutes parts) n’arrête pas de faire tourner son industrie de l’armement.  Mais à quoi cela va-t-il mener ? car il n’y a pas de fumée sans feu.

Et une inculpation de plus pour Donald Trump ! Le 14 août, la procureure du comté de Fulton l’inculpe pour tentative de manipulations du résultat des élections présidentielles dans l’état de Georgie. Les 13 chefs d’accusation retenus peuvent lui valoir entre 5 et 20 ans d’incarcération, peine, si jamais elle est prononcée et que D. Trump est élu lors du prochain scrutin, ne pourra pas faire l’objet d’une grâce car elle sera prononcée au niveau de l’état et non au niveau fédéral.

Le 8 août, le Brésil, la Bolivie, la Colombie, l’Équateur, le Guyana, le Pérou, le Suriname et le Venezuela créent une alliance contre la déforestation au moment où la forêt amazonienne  abritant environ 10% de la biodiversité mondiale serait sur le point d’émettre plus de carbone qu’elle n’en absorberait. Cette alliance vertueuse ne se donne cependant aucun objectif pour y parvenir, du moins pour le moment …

Le cessez-le-feu entre le gouvernement colombien et l’ELN entre en vigueur le 3 août pour six mois. Est-ce un pas ferme vers la sécurité et la paix en Colombie après les dizaines de milliers de morts dus à la guérilla et aux cartels ?

Pas de panique au Cambodge où le 26 juillet Hun Sen annonce sa démission après 38 ans au pouvoir et des élections où son parti a remporté le 23 juillet les élections avec 82% des voix en l’absence de partis d’opposition. Son fils Hun Manet va donc lui succéder…

Le Président français Emmanuel Macron fait une tournée dans le Pacifique dur 24 au 28 juillet avec au programme la Nouvelle-Calédonie et la recherche du dialogue et d’un consensus entre loyalistes et indépendantistes suite aux 3 référendums réalisés selon l’accord de Nouméa. Puis  ce sera une première au Vanuatu, ex-Nouvelles Hébrides indépendantes depuis 1980. Il terminera par la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Lors de ces étapes, il entend notamment décliner la stratégie Indo-Pacifique de la France.

L’Australie mène du 21 juillet au 4 août son exercice biennal « Talisman Sabre ». 13 pays participent à ces opérations qui regroupent 30 000 militaires alors qu’un navire espion chinois « surveille» cette opération à laquelle la Chine n’est pas conviée.

Est-ce l’une des conséquences du résultat  des élections du 14 mai dernier en Thaïlande où le Parti du Premier ministre n’a gagné que 36 sièges ? Toujours est-il que Prayuth Chan-ocha annonce le 11 juillet se retirer de la vie politique après 9 ans au pouvoir suite au coup d’état qui a privé le pays d’une réelle représentation démocratique. Mais y a-t-il un autre militaire dans l’ombre ? Le parlement nous le dira jeudi prochain lors du vote qui doit introniser son successeur.

L’Union européenne et la Nouvelle-Zélande signent le 9 juillet un accord de libre-échange assorti d’un volet environnemental suite au contrat cadre conclu en juin 2022. Mais le texte doit encore être validé pour entrer en vigueur. Les échanges pourraient connaître alors une croissance 10% dans les années à venir.

Le Mexique accuse le 7 juillet Shein, société chinoise de vêtements à prix cassé, d’avoir copié des motifs indigènes du peuple Nahua après l’an dernier avoir déjà utilisé des motifs mayas. Pour le Mexique, les peuples autochtones se voient « dépouillés  de leur identité en tant que groupe » et leur savoir-faire traditionnel et culturel se doit d’être préservé. Quelle(s) conclusion(s) le groupe va-t-il en tirer ou recommencera-t-il dans une course effrénée au profit et mise à mal de la concurrence ?

L’économie verte est au centre des discussions le 4 juillet lors de la visite du Président indonésien Joko Widodo en Australie, son 13e partenaire commercial. Dans le cadre de la transition écologique, Jokowi entend notamment développer le véhicule électrique et la production de batterie afférente, son pays disposant des plus grandes réserves de nickel au monde. Mais il a également besoin du lithium australien. L’Indonésie est aussi préoccupée par l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire signée dans le cadre de l’AUKUS,  soulignant son souhait de paix et de stabilité dans la région et son attachement à la non prolifération nucléaire.

La session parlementaire thailandaise est ouverte le 3 juillet par le roi Rama X. Suite aux élections du 14 mai dernier, le parti Move Forward avec ses 151 députés a détrôné le parti du clan pro-militaire et royaliste qui conserve néanmoins 250 sièges au Sénat. Or, pour pouvoir être élu Premier ministre Pita Limjaroenrat de Move Forward doit avoir une majorité de 312 sièges, la coalition de 8 partis (dont le Pheu Thai) doit donc trouver 62 sénateurs … surtout que la question reste poser de savoir si Pita était légalement autorisé à se présenter aux élections car il détenait des actions dans une société de médias, qui n’existe plus, mais ce  qui est prohibé par la loi électorale.

Xanana Gusmao devient officiellement le 1er juillet Premier ministre du Timor oriental après avoir remporté les élections parlementaires le 21 mai dernier avec 41,6 des voix, avec le CNRT, contre 25,7% pour le Freitilin. Dans un pays où plus de 40% de la population d’1,3 million d’habitants vivent sous le seuil de la pauvreté, il aura fort à faire notamment  pour développer l’économie. Le projet de pipeline Greater Sunrise devrait garantir des revenus grâce à l’exploitation de gaz naturel avec l’Australie et la Chine comme partenaires potentiels alors que les revenus provenant du pétrole sont en voie d’épuisement.

Le Guatemala a tenu le 25 juin le premier tour des élections présidentielles ainsi que celles pour 160 députés du Congrès de la République, 340 maires et 20 représentants au Parlement centraméricain. Sandra Torres avec 15,7% des suffrages et Bernardo Arevalo avec 11,8% des votes, tous deux socio-démocrates, s’affronteront lors du 2e tour qui se tiendra le 20 août prochain sauf si d’ici-là il y a une révision des résultats en raison d’irrégularités…

Le 9 juin, le Myanmar et la Chine commémorent les 73 ans de leurs relations diplomatiques à Nay Pyi Taw.  Pékin s’engage à accroitre son aide au développement du pays et  à faciliter toute coopération dans divers domaines, ce qui se formalise par la signature d’accords.

La Colombie franchirait-elle le 9 juin un nouveau pas vers la paix avec la signature d’un « cessez-le-feu bilatéral national et temporaire» entre le gouvernement de Gustavo Petro et l’ELN, dernière guérilla encore active sur le territoire ? Pour mémoire, les négociations ont commencé avec Juan Manuel Santos (201-2018), mais ont été interrompues sous la présidence d’Ivan Duque (2018-2022). Et ce, le jour où les quatre enfants, disparus lors du crash de leur avion, ont été retrouvés après une errance de 40 jours dans la jungle.

Beaucoup de manœuvres maritimes dans les eaux du Pacifique ! Celles menées par l’Indonésie entre le 5 et 8 juin (Komodo) auxquelles participent entre autres au large des Célèbes le pays hôte, mais aussi la Chine, les USA et la Russie sachant que «les exercices MNEK sont un entraînement non guerrier qui donne la priorité à la coopération maritime dans la région». Parallèlement, le Japon, les Philippines et les Etats-Unis continuent le 6 juin les manœuvres trilatérales de leurs  garde-côtes en simulant notamment au large de la province de Baatan une action de contre-terrorisme en mer de Chine méridionale. Ces exercices incluent aussi des opérations de recherche et de sauvetage.

Ce 4 juin, Pékin « commémore » à sa façon le 34e anniversaire des évènements sanglants de Tiananmen, mais à Hong Kong ! Quelques arrestations ont eu lieu dans cette ville qui était la seule à célébrer cette date  par une traditionnelle veillée aux chandelles en mémoire des victimes dont on ignore toujours le nombre. La loi sur la sécurité nationale passant par là,  toute manifestation y est de facto impossible sous peine de croupir en prison.

Une délégation de l’ASEAN comprenant des représentants des Philippines, de Malaisie, d’Indonésie, de Thaïlande et du Vietnam est en Amérique latine du 31 mai au 2 juin afin de renforcer la coopération dans divers domaines comme le commerce, les investissements, l’éducation, l’agriculture, le tourisme et les ports.

Alors que la Chine s’arroge la presque totalité de la mer de Chine méridionale, les Etats-Unis, le Japon et les Philippines entament le 1er juin pour une semaine des exercices conjoints de leurs garde-côtes, renforçant leur coopération dans une zone soumise à la pression constante de Pékin.

Chollima-1, la nouvelle fusée de transport de satellites nord-coréenne, a décollé le 31 mai avant de s’abimer en Mer Jaune alors que la Corée du Nord avait officiellement prévenu le 29 mai le Japon de ce lancement entre le 31 mai et le 11 juin. Le Japon a donné l’ordre de l’abattre. Ce lancement contrevient  aux résolutions de sécurité de l’ONU, cet essai recourant à la technologie des missiles ballistiques.  Ce satellite était, selon les dires de Pyongyang, destiné à surveiller la présence militaire américaine dans la région. Reste à savoir quand aura lieu la prochaine tentative ?

Les élections chiliennes du 7 mai ont pour conséquence un changement de majorité avec l’extrême-droite ayant remporté 35% des suffrages, la coalition du Président Boric 28% et la droite traditionnelle 21% : une belle preuve démocratique où les partis peuvent alterner. La rédaction de la nouvelle Constitution incombera donc à cette nouvelle majorité qui ne devrait pas modifier fondamentalement celle existante venant d’Augusto Pinochet. Rendez-vous le 17 décembre prochain pour le référendum.

La « diplomatie de la navette » prend toute sa dimension avec l’arrivée le 7 mai à Séoul du Premier Ministre japonais Kishida suite à la « normalisation » des relations entre les deux pays le 24 avril dernier avec le plan d’indemnisation japonais des victimes coréennes du travail forcé durant la seconde guerre mondiale. Ce rapprochement s’inscrit dans le cadre des menaces que font peser la Corée du Nord et la Chine dans la région.

Après qu’une collision ait été évitée de justesse  le 28 avril entre un navire garde-côtes chinois et un philippin, le Président Marcos déclare le 30 avril que son pays ne sera pas utilisé « comme base d’une quelconque action militaire » malgré le fait que début avril les Etats-Unis puissent disposer de 4 nouvelles bases militaires.

Le 21 avril l’ambassadeur de Chine en France, Lu Shaye a-t-il lancé un ballon ( !) d’essai quand il a dit, sur la chaine française LCI, que  «Les pays de l’ex-Union soviétique n’ont pas le statut effectif dans le droit international parce qu’il n’y a pas d’accord international pour concrétiser leur statut de pays souverain» ? Est-ce une tentative pour préparer le monde à la « rectification » des frontières selon la volonté de certains dirigeants ? Il a fallu attendre le 24 avril pour que les autorités officielles chinoises affirment respecter le statut d’état souverain des pays de l’ex-URSS.

Parallèlement, le 21 avril le président guatémaltèque, Alejandro Giammattei, entame à Taiwan une visite officielle de 4 jours pour réaffirmer  les liens diplomatiques entres les deux pays et «pour faire passer à l’international le message très clair que les pays ont le droit de s’autogouverner».

Après s’être rendu le 21 avril au tribunal californien de San José, Alejandro Toledo (ancien président du Pérou de 2001 à 2006) a été aussitôt extradé. Il est arrivé le 23 avril à Lima où il sera jugé pour corruption dans l’affaire Odenbrecht où il risque jusqu’à 20 ans de détention. Il va retrouver en prison ses « collègues » Fujimori et Castillo.

A quelques jours du 1er tour des élections territoriales en Polynésie française qui se dérouleront du 16 au 30 avril prochains, des difficultés politico-judiciaires datant de plusieurs mois sont difficiles à régler dans la sérénité. A une plainte ancienne pour harcèlement portée contre le Directeur territorial de la police nationale s’ajoutent des menaces après des positions syndicales prises lors d’une enquête de l’IGPN. Le fait que le Directeur territorial est le seul Polynésien Directeur d’un service d’Etat en Polynésie rend difficiles tous les efforts pour éviter que le dossier ne prenne une tournure politique.

Après 2 visites en 2018, puis 2019, Emmanuel Macron n’a pu revenir à Pékin comme annoncé pour cause de COVID. Plusieurs entreprises françaises ont quitté le pays (Alstom, Auchan, Carrefour notamment), le déficit commercial est passé de 33 milliards à 39, 6 milliards. Mais des espoirs de reprise sont basés sur le secteur du luxe, l’aéronautique et l’énergie nucléaire. Le Président français sera accompagné du 5 au 7 avril par la Présidente de la Commission européenne, se voulant porteur d’un message européen alors que les Chinois s’intéressent aux 420 millions de consommateurs européens dans un contexte de relations difficiles avec les Etats-Unis.