Evènements du mois

A partir de l’été 2019, les évènements marquants du bassin du Pacifique seront diffusés dans cette rubrique que vous pouvez contribuer à alimenter (contributions à envoyer sur communication@institut-du-pacifique.org).


Source : https://fr.freepik.com/photos-gratuite/soleil-levant-ocean-pacifique_1204158.htm

La pandémie s’étant installée dans la durée,  nous devons y faire face tous ensemble.
L’Institut du Pacifique va donc poursuivre ses activités en 2022 en présentiel et en distanciel, encouragé par le soutien de ses membres et amis et vous présente tous ses vœux de résilience, de santé pour cette année 2022.


Jiang Zemin est mort le 30 novembre ) l’âge de 96 ans à Shanghai, dont il fut le maire en 1985 avant de devenir en juin 1989 le secrétaire général du PCC et en novembre de la même année président de la commission militaire centrale du Parti. En 1993, il cumule ces 2 fonctions avec celle de président de la République. Sous son mandat (1993 – 2003), un certain capitalisme débridé s’installe dans le pays où la théorie des « 3 représentation » vise à intégrer les élites économiques au sein du PCC. C’est sous sa présidence, en 1997, que Hong Kong est rétrocédé à la Chine qui en 2001 devient membre de l’OMC.

Un air de Tiananmen flotterait-il sur la Chine ? Des manifestants, dont certains arboraient une feuille blanche, symbole de la censure, ont manifesté le 27 novembre à Shanghai, Pékin, Nankin, Harbin, Xi’an ou Wuhan après d’autres manifestations quelques jours auparavant à Zhengzhou. La population est plus que fatiguée par 3 ans de passe sanitaire, de tests PCR et de confinement (arbitraire ?). Certains en appellent à la démission de Xi Jinping dont la politique zéro-Covid est loin de faire l’unanimité. Mais que reste-t-il de Tiananmen 30 ans après si ce n’est la répression par la police dès le 28 novembre, les accusations contre les « forces aux motivations cachées » qui veulent causer le désordre dans l’Empire du milieu ? Car se remettre en cause serait perdre la face.

Le gouvernement chinois a ordonné le 34 novembre le confinement de 6 millions de personnes à Zhengzhou où se trouve l’immense usine de fabrication d’i-Phone de Foxconn. Cela a entraîné des scènes d’émeutes, les ouvriers n’hésitant pas à détruire les barrières, à défier la police anti-émeute et à fuir. Contrairement à la période antérieure à l’arrivée de Xi Jinping au pouvoir où on recensait des milliers de mouvements sociaux, aujourd’hui on a moins de visibilité ; mais les mécontentements sont très forts. Les images télévisées de la Coupe du monde de foot au Qatar montrant les spectateurs sans masque ont suscité la colère des Chinois. Une lettre ouverte sur WeChat demandant si la Chine est « sur la même planète » a été censurée rapidement.

Les élections locales du 26 novembre à Taiwan ont vu la victoire du Kuomintang qui remporte seize des vingt comtés et villes du pays, entrainant dans la foulée la démission de Tsai Ing-wen de la tête du Parti démocratique progressiste. Chiang Wan-an, arrière-petit fils de Tchang Kaï-chek, représentant du KMT a été élu marie de Taïpei.Ces élections sont-elles un test entre les deux grands partis, le Kuomintang (KMT) principal parti d’opposition, prônant une unification à terme avec la Chine continentale, et le Parti Démocrate Progressiste (DPP) au pouvoir pro-indépendance ? Les élections présidentielle et législative auront lieu en janvier 2024.Cela n’augure cependant pas le résultat de ces futures élections, 95% de la population est contre une annexion de l’île par la Chine.

Le 21 novembre marque la reprise des négociations entre le gouvernement colombien et l’ELN lors desquelles plusieurs pays y jouent un rôle de garant. Les Etats-Unis sont également invités à y participer comme ils l’avaient précédemment fait pour les FARC.

Les élections législatives se déroulent le 19 novembre en Malaisie où, pour la première fois, les jeunes de plus de 18 ans peuvent voter (après la réforme constitutionnelle entrée en vigueur en 2021), d’où une augmentation de 6 millions d’électeurs par rapport à 2018, soit 40% de l’électorat potentiel. Les résultats n’apportent cependant pas la stabilité attendue avec 73 sièges  de la coalition Perikatan Nasional, dirigée par l’ex-premier ministre Muhyiddin Yassin, et la coalition du Pakatan Harapan, arrivée en tête avec 82 sièges menée par Anwar Ibrahim.

Kim Jong-un a présenté le 19 novembre sa fille sur la base de lancement du missile intercontinental, le Hawsong-17. Comment interpréter cette présentation ? Est-ce une remise en cause du rôle joué précédemment par la sœur de Kim Jong-un, Kim Yo-jong ? Est- ce le signe de tensions intérieures en Corée du Nord ?

Kamala Harris, Emmanuel Macron et Xi Jinping assistent au sommet de l’APEC Coopération Economique Asie-Pacifique) qui s’ouvre à Bangkok le 18 novembre. Emmanuel Macron, premier Président européen à être convié à un sommet de l’APEC, a invité à rechercher « un consensus croissant » contre la guerre en Ukraine qui est tout sauf « une crise régionale », « c’est aussi votre problème » a-t-il déclaré aux Etats membres de l’APEC. Alors que les tensions entre la Chine et les Etats-Unis s’accentuent, une priorité stratégique est accordée à la zone allant des côtes est-africaines aux côtes ouest-américaines, d’où le concept d’Indopacifique où la France est présente du fait de ses territoires insulaires et de son immense ZEE : elle est « un pays de la région ». Des entretiens entre le Président français et le Premier ministre australien ont porté sur une relance du partenariat stratégique avec l’Australie et sur une nouvelle offre de vente de sous-marins (mais concurrence de Saab au niveau européen).

Les aviations américaine et japonaise effectuent le 16 novembre des exercices conjoints après le tir d’un nouveau missile intercontinental par la Corée du nord qui est tombé dans la ZEE du Japon près d’Hokkaido. Le 19 novembre, un bombardier américain B-IB a été déployé dans la péninsule à l’occasion d’exercices entre les deux alliés. Ces démonstrations de force de la part de Kim Jong-un seraient des « réponses » aux grandes manœuvres de l’opération « Tempête vigilante » menée par les forces aériennes et navales japonaises, sud-coréennes et américaines. Elles ont entrainé un surcroit d’inquiétude en Corée du Sud qui a vérifié l’efficacité de ses dispositions d’alerte.

5 774 prisonniers, dont 600 femmes, 3 anciens ministres de l’ancien gouvernement d’Aung San Suu Kyi et 3 ressortissants étrangers, ont été libérés le 17 novembre par la junte au pouvoir en Birmanie depuis le 1er février 2021. Les 3 étrangers sont arrivés à Bangkok : l’ancienne diplomate britannique Vicky Bowman, l’économiste australien Sean Turnell et le journaliste japonais Toru Kubota. Aung San Su Kyi dont le procès est en cours, reste incarcérée.

L’agenda du G 20 a été perturbé par l’annonce de la chute de deux missiles « de fabrication russe » en territoire polonais, qui ont fait deux morts le 15 novembre au soir. Les dirigeants des pays du G 7 réunis en urgence autour de Joe Biden ont appelé à la prudence en attendant les résultats de l’enquête sur l’origine des missiles afin d’éviter tout risque d’escalade. Les Etats membres de l’OTAN ont tous exprimé leur solidarité avec la Pologne qui a relevé son niveau d’alerte.

Le 15 novembre s’ouvre à Bali, sous présidence indonésienne, le sommet du G 20. Ce forum informel Nord-Sud de coopération a vu le jour en 1999 et ses Etats membres représentent 60% de la population mondiale, 80% du PIB mondial et 75% du commerce international. Y sont représentées les 20 économies les plus développées de la planète, 19 Etats et l’union Européenne. L’objectif est de trouver une solution à la crise alimentaire et énergétique mondiale. Mais les aspects politiques ne sont pas absents des discussions. « Nous devons mettre fin à la guerre, sans diviser le monde » a déclaré le Président indonésien Joko Wikodo dans son discours d’ouverture. Le Président Poutine, « retenu par un agenda contraignant en Russie », ne viendra pas, il serareprésenté par son Ministre des Affaires étrangères Sergei Lavrov.

Alors qu’ils ont déjà eu 5 conversations téléphoniques depuis janvier 2021 (ce qui montre pour eux l’importance du dialogue) et que leurs ministres des affaires étrangères Wang Yi et Anthony Blinken ont eu des échanges lors de l’Assemblée générale de l’ONU à New York le 23 septembre dernier, Joe Biden et Xi Jinping se rencontrent en tête-à-tête pour la première fois. Cette rencontre se situe pour Biden dans le contexte des résultats « réconfortants » pour les démocrates aux élections des « midterms », pour Xi Jinping dans celui du XXème Congrès du PPC qui a consacré sa toute-puissance. Après 3 heures d’échanges, la volonté d’apaisement est affichée, même si pour Pékin, « la modernisation n’est pas synonyme d’occidentalisation ». Selon Jack Sullivan, conseiller américain à la sécurité nationale, il s’agira de « gérer la compétition », « Nous allons nous concurrencer vigoureusement, mais sans entrer en conflit ».Le principal sujet de contentieux concerne Taïwan : « La question de Taïwan est au cœur des intérêts fondamentaux de la Chine, le fondement politique des relations sino-américaines, et la première ligne rouge à ne pas franchir ». Il est nécessaire d’éviter « les accidents, erreurs de calcul, qui pourraient déboucher sur une escalade… ». Anthony Blinken devrait se rendre à Pékin en janvier 2023. Anthony Albanese, Premier ministre australien, s’entretiendra aussi avec Xi Jinping, « dans l’espoir que cet échange soit constructif » (15 novembre, après-midi).

Les relations bilatérales en marge du Sommet devraient porter sur la guerre en Ukraine, la reconduction de l’accord sur les céréales… et viser à éviter une escalade du conflit entre l’Ukraine et la Russie.

Alors que le Cambodge préside actuellement l’ASEAN, le sommet ONU-ASEAN se tient du 11 au 13 novembre à Phnom Penh en présence du Secrétaire-Général des Nations-Unies. Les sujets à l’ordre du jour : les tensions régionales et globales, l’urgence climatique et la situation au Myanmar. Le président Biden arrive le 12, après son escale à Charm El Cheikh pour la COP 27, la Chine est représentée par le Premier ministre Li Keqiang, l’Union européenne n’est pas présente. La décision de principe d’intégrer Timor oriental à l’ASEAN, devait être entérinée.

La COP 27  se tient du 6 au 18 novembre à Charm El Cheikh (Egypte). L’objectif est de limiter le réchauffement de la planète à 1,5° pour la fin du siècle. Elle réunit une centaine de chefs d’Etat et de Gouvernement pour le Sommet mondial sur le climat en application de l’Accord de Paris signé en 2015. Lors de la COP 26, l’an dernier à Glasgow, 210 chefs d’Etat et de gouvernement étaient présents… Le Président Biden est venu seulement le 11 novembre pour quelques heures, et a rejoint les positions prises pour des « efforts plus urgents que jamais » à faire en faveur du climat. Si 197 pays sont représentés, ni la Chine, ni l’Inde ne le seront au plus haut niveau. Xi Jinping qui s’est présenté en « militant » de la lutte contre le réchauffement climatique dès l’ouverture du XXème congrès du PCC, ne fait pas le déplacement de Charm El Cheikh…Or on pourra rappeler que la Chine produit 33% des gaz à effets de serre, contre 12,6% pour les Etats-Unis et 7,4% pour l’Europe… Après une première semaine décevante, l’’Egypte espère aboutir à un accord ambitieux, même si contenir la hausse du réchauffement climatique à 1,5° d’ici la fin du siècle a déjà été affirmé lors de la COP 26. La COP 28 se tiendra aux Emirats Arabes Unis, c’est à dire également dans un Etat producteur de gaz naturel ….

Après les 12 visites en Chine en 16 ans d’Angela Merkel, celle d’Olaf Scholz à Pékin le 4 novembre juste après le XXème congrès du PCC est la première d’un chef d’Etat européen, la première d’un membre du G7 depuis la pandémie. Le chancelier allemand a refusé la présence d’Emmanuel Macron pour rencontrer Xi Jinping triomphant, après la prise de participation du Chinois Cosco dans le port de Hambourg. La position de Scholz est critique en Allemagne au sein de la CDU, et au sein de l’Union européenne par le Commissaire Thierry Breton. La Chine est un « rival systémique » qui ne partage pas les mêmes valeurs (question des Ouigours, soutien chinois à Moscou…). La position allemande de « cavalier seul » est regrettée, les européens ont intérêt à manœuvrer conjointement car la Chine a aussi besoin de l’Europe.

Le XXème congrès du PCC a été l’occasion le 3 novembre d’un remaniement de la direction du PC : les technocrates pro-marché ont été remplacés par des cadres connus pour leur loyauté. Quel sera l’impact de cette décision sur le plan économique ??? Les investissements énormes dans l’immobilier et les infrastructures ont entraîné une chute des prix des logements et des bureaux, d’où un risque de paralysie financière et une croissance économique de plus en plus ralentie.

La Corée du nord a tiré le 2 novembre  une vingtaine de missiles balistiques, dont un est tombé près des eaux territoriales de la Corée du sud, et au-delà de la ligne de démarcation de 1953. La Corée du sud a riposté avec trois missiles air-sol envoyés vers la mer, suivis d’une centaine de tirs de l’artillerie nord-coréenne près des eaux territoriales du sud.

Le 2 novembre  marque aussi la plus grave crise militaire depuis l’élection du conservateur Yoon Suk-yeol, partisan d’une approche dure vis à vis du nord après les années de dialogue menées par Moon Jae-in qui n’avait cependant déboucher ni sur un traité de paix, ni sur un accord de dénucléarisation. 54 missiles ont été tirés par la Corée du nord depuis début 2022, et le danger d’affrontements armés va croissant.

Différents exercices militaires alliés entre les USA et la Corée du Sud ont repris durant l’été après leur suspension pendant le rapprochement Trump-Kim Jong-un. Les exercices Vigilant Storm se déroulent du 31 octobre au 4 novembre avec 240 avions alliés occidentaux, faisant craindre un 7ème essai nucléaire nord-coréen.

Le 23 octobre voit la reconduction « quasi automatique » de Xi Jinping à la tête du PCC en attendant mars qui verra son intronisation en tant que chef de l’état. Donc aucune surprise tant le comité central avait été remanié pour obtenir ce résultat. Le comité permanent se compose finalement de 7 membres, tous des fidèles de Xi dont Li Qiang appelé à remplacer Li Keqiang au poste de Premier ministre. Ce chef du parti de Shanghai a attiré l’attention par sa « bonne » gestion de la crise du covid-19 dans sa ville, espérons qu’il sera plus performant dans ses nouvelles fonctions et ne déclenchera pas l’ire de la population.

L’Australie et le Japon signent le 22 octobre un pacte de sécurité dans un «environnement stratégique de plus en plus dur» face à la montée en puissance de la Chine et avec comme objectif un partage des signaux et renseignements géospatiaux issus de satellites d’écoute électronique. Ce faisant le Japon deviendra-t-il le 6e œil des Five Eyes ?

Le méthane est responsable selon les experts pour 30% du réchauffement climatique. La Nouvelle-Zélande envisage donc de le taxer ce qui a conduit dans la rue le 21 octobre les fermiers car leur cheptel se trouve ainsi visé. Ces manifestations à travers tout le pays devrait durer jusqu’à fin novembre quand ce projet de loi sera examiné. Le secteur agricole considère que 20% de ses activités seront menacées si la loi est votée.

Le 16 octobre s’ouvre à Pékin le XXe congrès du parti communisme chinois qui doit s’achever le 22. Y a-t-il des surprises à en attendre même si la population semble lasse de la politique du zéro Covid qui impacte notamment l’économie du pays. Xi Jinping sera-t-il conforté pour 5 ans (voire plus ?) à la tête de l’état après s’être livré à un long plaidoyer où il s’est donné le beau rôle ? La question de Taiwan, République de Chine qui vient de fêter le 3 octobre ses 110 ans, reste un point fixe « délicat » de Xi Jinping qui pourrait embraser la région, voire plus, s’il y menait des interventions militaires.           

Le 10 octobre, le parlement colombien ratifie l’accord d’Escazu. Cet accord de 2018 introduit des dispositions spécifiques pour protéger les droits des défenseurs de l’environnement. Il garantit aussi la protection de l’environnement et de la santé des personnes, principalement des peuples indigènes et favorise la participation du public, l’accès à l’information et à la justice en matière d’environnement. Il permet également aux personnes et aux communautés d’être informées et entendues dans les processus décisionnels qui affectent leurs vies et leurs territoires. Cela permettra peut-être d’éviter l’hécatombe d’écologistes colombiens tués ?

Alors que le 10 octobre la Corée du Nord dit avoir simulé des frappes «nucléaires tactiques» avec tous les tirs de missiles perpétrés ces quinze derniers jours sous la supervision de l’héritier d’une dynastie plus soucieuse de sa survie que de celle de son peuple qui commence à se rebeller, on peut s’interroger sur qui sera le plus paranoïaque et irresponsable des autocrates entre Kim et Poutine et appuiera le premier sur le bouton fatidique ? Les bourreaux ne reculent devant rien si personne ne les arrête.

Comme la junte birmane refuse d’envoyer « un représentant non politique » au sommet de l’ASEAN devant se tenir au Cambodge du 10 au 13 novembre, le Myanmar n’a donc pas été invité le 5 octobre à cette réunion. C’est la 2e fois que cela se produit vu la position des militaires qui ne respectent pas l’accord d’avril 2021 devant mettre fin à la violence.

Dans la paranoïa ambiante, l’élève nord-coréen entend-il dépasser le maître russe dans l’escalade de la terreur en tirant le 3 octobre un missile balistique à portée intermédiaire qui a survolé le Japon avant de s’abimer dans le Pacifique ? Cela a entrainé une réponse immédiate de la Corée du Sud et des Etats-Unis qui lors de leurs manœuvres en cours ont mené des frappes de précision. Que fait la Chine face à son bien turbulent voisin que rien ne semble vouloir « dissuader » ?

Le 30 septembre aurait-il des relents de mars 1938 avec l’Anschluss des Nazis au profit de l’Allemagne ? Le grand show orchestré par Poutine pour proclamer l’annexion de territoires ukrainiens fait suite à des référendums menés tambour battant sous la surveillance de la soldatesque russe armée. Nul n’ignore où a conduit l’Anschluss. Certains grands pays qui honnissent l’Occident laisseront-ils faire même si la Chine dit vouloir respecter l’intégrité territoriale de tous les pays ?

Le 29 septembre s’ouvre pour 2 jours le sommet USA – Iles du Pacifique à Washington avec 14 états océaniens. Les USA entendent entre autres  augmenter leur présence diplomatique (avec l’ouverture de 3 ambassades)  et de défense, aider à combattre la pollution marine, la pêche illégale, le trafic de stupéfiants et collaborer à l’amélioration des câbles sous-marins et promouvoir des partenariats de télécommunications sécurisées et fiables.

Alors que Vladimir Poutine décrète le 21 septembre une mobilisation partielle et promet d’utiliser «tous les moyens disponibles» pour protéger son territoire, visant les Occidentaux, la Chine rappelle que  «la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées, les objectifs et principes de la Charte des Nations unies doivent être suivis, les préoccupations sécuritaires légitimes de tous les pays doivent être prises en compte, et tous les efforts propices à une résolution pacifique des crises doivent être soutenus» et appelle à un cessez-le-feu. Mais qui a envahi qui faisant fi de ces règlements internationaux et qui brille par son absence à l’Assemblée Générale de l’ONU ?

La 77e Assemblée générale des Nations Unies s’ouvre le 20 septembre avec près de 150 chefs d’état et de gouvernement sur arrière-fonds  de divisions géopolitiques, de guerre en Ukraine et de changement climatique dont les effets dévastateurs se font d’ores et déjà sentir. Les états insulaires sont en première ligne dans ce combat. Mais seront-ils entendu ?

Le sommet de l’Organisation de la Coopération de Shanghai (OCS) se tient les 15 et 16 septembre à Samarcande. La Russie veut y défendre une alternative au monde unipolaire occidental, vision partagée par la Chine. Mais Vladimir Poutine n’a cependant pas trouvé le soutien escompté de la Chine et de l’Inde quant à son invasion de l’Ukraine où il essuie des revers militaires.

Le 11 septembre,  le Ministre délégué chargé des Outre- mers, Jean François  Carenco, est arrivé en Nouvelle Calédonie pour 5 jours dans l’objectif de renouer le dialogue interrompu avec les Indépendantistes lorsqu’ils ont décidé de boycotter le référendum du 12 décembre 2021.

Le 8 septembre s’achève à Vladivostok le Forum économique de l’est dont la 7ème édition s’est déroulée sur 2 jours. Il rassemblait  » les pays amis  » de la Russie, Mongolie, Birmanie, Arménie…et surtout la Chine  représentée par le numéro 3 du régime. Les sujets abordés étaient principalement économiques, mais avec une connotation politique anti- occidentale certaine.

Le 7 septembre 2022 une délégation de cinq parlementaires français conduite par le sénateur Cyril Pellevat, Vice-Président de la Commission des Affaires européennes, est arrivée à Taïwan pour 6 jours. Elle participera à l’inauguration du lycée international franco-taïwanais. Taïwan poursuit poursuit ses échanges parlementaires avec le monde occidental, et notamment la France. Après différentes visites en 2021 et 2022, notamment une délégation du Groupe d’échanges et études du Sénat en octobre 2021, une délégation de la Commission des Affaires étrangères et des finances de l’Assemblée nationale en janvier 2022 , Alain Richard et le groupe d’amitié France-Taïwan du Sénat a reçu en France du 24 au 29 juillet 2022 une délégation multipartis de représentants taïwanais.

Le 7 septembre s’est terminée à Oussourisk la semaine d’ exercices militaires russes Vostok 2022, avec la participation de 14 armées, principalement d’Asie centrale et orientale. A noter pour la première fois la participation de l’armée chinoise dans ses trois composantes (terre, air, mer), même si la Chine a pris soin de rappeler que ce partenariat stratégique ne pouvait être une « alliance », souhaitant ainsi préserver sa neutralité de façade dans le conflit ukrainien. La participation russe était réduite par rapport aux autres années du fait de la guerre en Ukraine, mais l’objectif était de mettre la pression sur le Japon et la Corée du sud. Les exercices se sont déroulés de la Mer d’Okhotsk à la Mer du Japon et aux îles Kouriles, zone de souveraineté contestée entre la Russie et le Japon. Le rapprochement Chine-Russie (empires terrestres) pourrait pallier la fermeture des routes maritimes en cas de conflit….

Le 4 septembre marque l’échec du référendum sur la nouvelle Constitution au Chili. Cela entraine le 6 septembre dans la foulée un remaniement du gouvernement avec l’arrivée  de figures centristes et de gauche plus modérées, ce qui semble répondre davantage aux souhaits d’une majorité de la population.

Le 1er septembre, la Chine a décidé d’un nouveau confinement pour le 20 millions d’habitants de la ville de Chengdu, déjà « victime » de la sécheresse, de coupures d’électricité et puis de pluies..

Le 31 août, en dépit des pressions chinoises depuis plus d’un an, juste avant la fin de son mandat de 4 ans comme Haut Commissaire des droits de l’Homme à l’ONU, Michele Bachelet  a publié son rapport d’une cinquantaine de 50 pages sur la situation au Xinjiang. Ce rapport dénonce « de possibles crimes contre l’humanité » contre les minorités turcophones ouïghoures et kazakhes et l’existence « d’un schéma de détention arbitraire à grande échelle ; en outre, il estime « crédibles les accusations de torture et de violences sexuelles » dans les établissements d’internement. Le porte-parole du Ministère des affaires étrangères chinois a dénoncé un rapport créé de toutes pièces par les forces antichinoises….

Le 31 août, le ministère de la défense japonais a demandé une augmentation du budget de la défense de 2% pour 2023-2024 pour des acquisitions de drones armés et de missiles hypersoniques, dans le contexte des tensions autour de Taïwan. Cela pourrait mettre le Japon au 3ème rang mondial des dépenses militaires, après les Etats-Unis et la Chine, rivalisant avec l’Inde mais avant le Royaume Uni et la Russie.

Le 31 août,  Penny Wong, ministre australienne des affaires étrangères, membre clé du gouvernement Albanese, est à  Dili ( Timor oriental) pour renégocier les termes d’un projet d’exploitation gazier et pétrolier off- shore, à 150 km du littoral de Timor et 450 km de Darwin. L’enjeu porte sur la transformation du gaz et du pétrole à Darwin ou au Timor, mettant en balance de possibles investissements chinois. Ne serait-il pas utile de conserver à Timor un voisin  » pro- Australien et pro- occidental  » dans le contexte des rivalités internationales dans la région ?

Le 30 août, même si la Présidente de Taïwan appelle au calme face aux provocations de la Chine, pour la première fois, un tir à balles réelles a visé un drone chinois, qui récidivait après des coups de semonce contre des incursions de drones dans l’espace aérien au-dessus des îles Kinmen (Quemoy). Kinmen occupe une place-clé tant pour Pékin que pour Taïpei en tant que zone possible de rapprochement pacifique ou comme tremplin pour la reconquête de Taïwan.

Les médias chinois annoncent le 30 août que le prochain congrès du PCC (le XXème depuis la création du PCC en 1921) est convoqué pour le 16 octobre. Xi Jinping postule pour un 3eme mandat après un amendement de la constitution. Ce congrès verra-t- il une recomposition du bureau politique en raison des rivalités et d’une situation économique à la peine ?

Même si le 29 août, le navire-hôpital américain Mercy avait reçu l’autorisation d’accoster aux îles Salomon, ce n’est plus possible au 30 août car le gouvernement d’Honiara vient officiellement d’informer les Etats-Unis d’un moratoire suspendant toute visite des marines étrangères et donc américaine « dans l’attente de la mise à jour des procédures protocolaires», détériorant encore un peu plus les relations entre les deux états.

Devant les menaces croissantes émanant de la Chine continentale, le gouvernement de Taïwan a proposé le 25 août à l’approbation du parlement une augmentation du budget de la défense pour 2023 de près de 14% pour passer à environ 13,7 milliards d’Euros. C’est la 6ème hausse annuelle consécutive, ce qui permettra d’acquérir de nouveaux équipements militaires dont des avions de chasse.

Petite « victoire » symbolique pour les opposants thaïlandais car la Cour constitutionnelle a suspendu temporairement le 24 août le Premier ministre Prayuth Chan-ocha de ses fonctions. L’intérim sera assuré par le Général Prawit Wongsuwan qui est aussi le chef du Palang Pracharat, le principal parti au pouvoir. Peu de personnes malgré tout doutent que le premier ministre reprenne son poste jusqu’aux prochaines élections prévues en 2023.

L’accord de sécurité passé avec les îles Salomon en avril dernier suivi par la tournée du ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi fin mai-début juin dans plusieurs îles du Pacifique sud semblait avoir suscité un relatif échec des projets chinois (Cf sur ce site les articles : « Pénétration insidieuse de la Chine dans La Pacifique : l’exemple des îles Salomon », 30 avril 2022 et « Nouvelle étape de l’expansion chinoise dans le Pacifique ? », 12 juin 2022.). Et pourtant la Chine poursuit sa politique expansionniste sur les mers de l’Indopacifique avec deux nouvelles étapes :

  • Signature d’un accord le 19 août entre le groupe Huawei (supposé lié à l’APL) et les îles Salomon pour l’implantation de 161 antennes-relais de téléphonie avec un financement de 66 millions de dollars sur 20 ans.
  • L’arrivée du navire « scientifique » Yuan Wang le 16 août dans le port sri-lankais d’Hambantota, en dépit des « inquiétudes « indiennes et des « hésitations » du gouvernement sri-lankais qui a dû céder à des menaces de sanctions économiques chinoises…. Or Pékin déteint 10% de la dette sri-lankaise.

Un été exceptionnellement chaud en Chine entraîne une sécheresse accrue et un rationnement de l’électricité, notamment dans les provinces du Sichuan et du Hubei. A Chengdu, le 17 août, on a relevé une température supérieure à 40°, et un ressenti à 50° en raison du taux d’humidité, ce qui entraîne un recours accru à la climatisation. Les débits d’eau des barrages sont donc réduits, parfois jusqu’à 50% (Au barrage des Trois Gorges, le débit du Yang-Tsé-Kiang est inférieur de 40% à celui de 2021 à la même période). D’où la décision d’interrompre partiellement les approvisionnements en électricité et de suspendre pour quelques jours les productions industrielles, notamment Toyota et Volkswagen à Chengdu, Contemporary Amperex Technology (batteries pour voitures électriques) à Yibin, mais aussi des productions d’engrais, des usines d’aluminium et de transformation de lithium dans el Sichuan, des usines de fabrication de panneaux solaires… Les éclairages des métros et des centres commerciaux ont également été réduits. Ces restrictions vont ajouter leurs effets négatifs à ceux de la politique du « Zéro Covid » (qui n’a pas empêché une nouvelle croissance des contaminations !) et sans doute encore abaisser les prévisions de croissance de la Chine pour 2022 (3,3% ??, soit le plus faible depuis Mao). Quel impact à la veille du XXème Congrès du PCC ?

Exercices militaires impliquant l’Indonésie :

  • Du 12 au 14 août, à Sumatra et dans les îles Riau se sont déroulés des exercices militaires conjoints entre les Etats-Unis, l’Indonésie et des pays alliés : Australie, Singapour et Japon (pour la 1ère fois). Le Canada, la Grande -Bretagne, la France, l’Inde, la Malaisie, la Corée du sud, la Papouasie-Nouvelle Guinée et Timor ont participé en qualité d’observateurs.
  • Les 14 et 15 août, l’Indonésie et l’Union européenne ont entrepris le premier exercice militaire naval conjoint en Mer d’Oman dans le cadre d’une opération antipiraterie, impliquant une corvette indonésienne et une frégate navale de Eunavfor rattachée à l’opération Atalante au large de la Somalie.

Pékin ponctue le 15 août la visite non annoncée d’une nouvelle délégation américaine arrivée la veille à Taiwan par de nouveaux exercices militaires autour de l’île. Est-ce que la Chine « s’épuiserait » si une multitude de délégations se rendait à Taipei  à un rythme soutenu ? Se produirait-il alors un effet boomerang face à ces menaces ?    

Le 14 août 2022, dans le cadre d’une visite en Indopacifique, une délégation du Congrès américain composée d’un sénateur et de 4 représentants, démocrates et républicains, est arrivée à Taïwan pour deux jours pour discuter des relations Etats-Unis-Taïwan, des questions de sécurité régionale, du commerce et des investissements, du changement climatique. Selon l’Institut américain à Taïwan (ambassade américaine de facto), une rencontre est prévue avec la Présidente, Mme Tsai Ing-Wen et le ministre des Affaires étrangères, M. Joseph Wu.

Alors que l’ENL (armée de libération nationale) souhaite reprendre les pourparlers avec le nouveau gouvernement colombien, le 12 août certains de ses représentants se sont rendus à La Havane afin d’entamer des négociations. Si elles étaient couronnées de succès, serait-ce la fin de la violence et un moyen de lutter efficacement plus contre la drogue ?

Le 12 août 2022, M. Kurt Campbell, coordonnateur pour l’Asie-Pacifique à la Maison Blanche a annoncé de nouveaux passages aériens et maritimes américains dans le détroit de Taïwan, en réponse aux actions « provocatrices » menées par Pékin.

Après l’élection du Président Gustavo Petro, la Colombie et le Venezuela ont décidé la normalisation de leurs relations diplomatiques le 11 août, après trois ans d’interruption, l’échange d’ambassadeurs et la réouverture des frontières fermées aux véhicules depuis 2015. Felix Plasencia, ancien ministre des Affaires étrangères sera ambassadeur à Bogota et Armando Benedetti, ancien Sénateur, sera ambassadeur à Caracas. Cependant la présence d’éléments de la guérilla, de paramilitaires et de trafiquants de drogue reste encore un sujet sensible et un obstacle à la normalisation complète.

Gustavo Petro prend officiellement ses fonctions le 7 août en tant que président de la Colombie en un tandem inédit avec Francia Marquez, première Afro-Colombienne à accéder à ce poste.

Alors que la Chine menace directement Taiwan depuis le 3 août avec ses manœuvres militaires à frappe réelle et que le ministre chinois des affaires étrangères ne s’est pas rendu le 4 août au dîner de gala organisé dans le cadre de la réunion en cours de l’ASEAN, elle décide le 5 août de mettre un terme à toute forme de coopération avec les Etats-Unis. Est-ce un moyen d’assurer la paix et la stabilité régionales ? La présence active de l’APL empêche de facto l’utilisation du détroit de Taïwan et perturbe donc  les échanges internationaux.

Prévu pour se tenir à Phnom Penh à compter du 3 août, le commet des Ministres des Affaires étrangères des Etats de l’ASEAN, avait comme point principal point à son ordre du jour la situation en Birmanie qui n’avait pas été invitée, même s’il n’est pas question d’exclusion de ce pays pour l’instant. Le communiqué final fait état de la profonde préoccupation des membres de l’ASEAN devant l’augmentation des violences et les premières exécutions capitales d’opposants politiques dans ce pays depuis 1988. L’autre sujet à traiter devait être la question de la souveraineté en Mer de Chine qui intéresse notamment le Vietnam, la Malaisie, Brunei et les Philippines. Mais les manœuvres de la Chine dans le détroit de Taïwan ont quelque peu perturbé l’ordre du jour initial et ont débouché sur une mise ne garde de l’ASEAN contre les risques  de tensions provoquées par le Chine autour de Taïwan. Avaient été invités notamment : MM. Anthony Blinken, Josep Borell, Dimitri Lavrov et Wang Yi (qui a ostensiblement quitté la salle lors de l’intervention de son homologue japonais ….).

Les régimes autoritaires « se serrent les coudes » à travers le monde. Ainsi le 3 août, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à Naypyidaw, que la Russie est solidaire « avec les efforts (des autorités birmanes, ndlr) visant à stabiliser la situation dans le pays. L’année prochaine, vous allez organiser des élections législatives et nous vous souhaitons du succès pour rendre votre pays encore plus fort et prospère ». Rappelons que la semaine dernière, la junte birmane a exécuté quatre opposants. En outre, le 1er août, un proche de Vladimir Poutine en désaccord avec lui et exilé à l’étranger, aurait été empoisonné.

Dire non au diktat, c’est ce qu’a fait le 2 août Nancy Pelosi en se rendant à Taipei lors de son périple asiatique malgré les menaces de la Chine. Sa visite, prévue de longue date, et repoussée pour cause de Covid, n’était pas une provocation liée à la situation internationale Venue en paix, la présidente de la Chambre des représentants assure que les Etats-Unis n’ont pas changé de position par rapport à la reconnaissance d’une seule Chine, mais ils n’abandonneront pas leurs engagements vis-à-vis de Taiwan. La situation devient explosive dans la région alors que le Japon et la Corée du sud s’inquiètent et appellent au calme. Parallèlement, Russie et Corée du nord expriment leur soutien à leur puissant ami chinois.

Les régimes totalitaires ne reculent pas devant l’usage de la terreur et c’est ce que vient de prouver le 25 juillet le Myanmar en exécutant 4 prisonniers politiques, arrêtés pour leur opposition à la junte militaire qui s’est emparée du pouvoir le 1er février 2021. Même le Cambodge n’a pas réussi à les dissuader. On peut s’inquiéter quant à l’avenir de l’ASEAN et de ses activités à venir sur la scène régionale et internationale.

Les indépendantistes de la partie indonésienne de la Papouasie attaquent et massacrent le 16 juillet des civils qu’ils considèrent comme des espions à la solde de Jakarta. Ils somment tous les non-Papous et les Papous suspects d’être inféodés à l’Indonésie de quitter l’île jusqu’à ce que celle-ci obtienne son indépendance qu’elle n’avait pas réussi à obtenir en 1963.

Alors que le Forum des îles du Pacifique se réunit à Suva aux Fidji jusqu’au 14 juillet, les Kiribati  le quittent le 9 juillet notamment en désaccord avec le choix de son Secrétaire Général. Après les Palaos en février dernier, c’est le second départ de ce forum créé en 1971 et qui ne compte plus désormais que 16 membres. Les Kiribati sont à moins de 3000 km d’Hawaii avec une très grande ZEE, mais sont soumises aux aléas du changement climatique du fait de la faible élévation de ses îles. La Chine pourrait-elle alors financer entre autres des travaux mettant à l’abri certaines infrastructures ?

L’assassinat de Shinzo Abe (1954-2022) à Nara le 8 juillet va sans nul doute laisser un vide dans la vie politique japonaise et  mondiale. Premier ministre par 2 fois (de sept 2007 à sept 2008, puis de déc. 2010 à sept 2020), Shinzo Abe a œuvré pour asseoir à l’international la position du Japon. C’était un partisan de l’alliance avec les Etats-Unis, et dès 2006 l’instigateur de l’Indopacifique. En mai 2007, il persuade l’Inde de rejoindre le Quad et s’adresse à cet effet au parlement indien. Il travaille sans relâche à améliorer les liens avec la Chine et tente de résoudre avec la Russie la question des Territoires du nord / îles Kouriles. Il traite avec Pyongyang le problème des Japonais kidnappés en Corée du Nord. Sur le plan intérieur, il mène notamment sa politique connue sous le nom d’”Abenomics” afin de relancer la croissance économique. Il était devenu  le “sage” sollicité, mais part sans laisser d’héritier.

Un an jour pour jour après le début de la réécriture de la constitution chilienne devant remplacée celle datant de la période d’Augusto Pinochet, Gabriel Boric reçoit le 4 juillet la proposition de nouvelle Constitution de 388 articles. Celle-ci devra être approuvée par referendum le 4 septembre. Faute de quoi, il n’y aura pas de changement.

Que cache le 4 juillet le passage d’un navire militaire chinois et d’un navire militaire russe dans les 12 miles marins au large des îles Senkaku / Diaoyu ? Ce n’est pas la première fois que les deux armées pénètrent dans des espaces – presque simultanément – que la Chine revendique au mépris du droit international. Le Japon, allié des Etats-Unis, proteste contre ces « manœuvres » à répétition.

Neuf pays d’Amérique du Sud, dont la Colombie, l’Equateur et le Pérou, ont signé le 23 juin une alliance stratégique de coopération pour lutter contre le crime organisé transnational. A noter que le Chili, notamment représenté, ne l’a pas signé. Le crime est un des grands fléaux du continent.

Avec le lancement de Nuri à partir du site de Goheung, la Corée du Sud réussit le 21 juin son entrée dans le sérail des pays partis à la conquête de l’espace. Cette fusée est de conception totalement sud-coréenne et transporte aussi 4 satellites développés par des universités nationales à des fins de recherche. 

Le 19 juin est une date historique pour la Colombie qui rompt avec deux siècles de domination conservatrice et libérale. Avec 50,49% des suffrages, Gustavo Petro a remporté l’élection présidentielle face à l’homme d’affaires Hernandez (47,25%). Autre changement de taille avec la vice-présidente qui est pour la première fois une Afrodescendante, l’activiste écologiste Francia Marquez. Reste à transformer en actes une politique en faveur de la vie, contre la pauvreté , voire la corruption ?

L’OMC a réussi le 17 juin aux termes de longues tractations à finaliser un accord édulcoré sur la pêche (comme supprimer les aides encourageant la surpêche ou les prélèvements illégaux) pour aller vers une pêche plus durable correspondant aux Objectifs du Millénaire, sur la levée des brevets liés au Covid-19, sur l’insécurité alimentaire liée notamment à la guerre en Ukraine. Finalement, l’OMC servirait-elle encore à quelque chose ?

Le forum sur la « coopération axée sur l’avenir » entre la Chine, le Japon et la République de Corée a eu lieu à Séoul le 15 juin. Ce forum existe depuis 2011 et cette année, il est centré sur la paix durable, la prospérité commune et la culture partagée.

Un pas de plus vers l’ « appropriation  » de la mer ? La Chine décrète ( ?) le 14 juin que le détroit de Taiwan ne constitue pas des eaux internationales, ce contre quoi s’élève Taipei et d’autres puissances (surtout occidentales, au grand dam de Pékin). A quoi sert le droit international si chacun décide de ses propres petits arrangements et vise ainsi son expansion au détriment d’autrui ?

Du 10 au 12 juin 2022, s’est déroulé à Singapour la session annuelle du Dialogue de Shangri-la sur la sécurité en Asie-Pacifique. Organisé depuis 2002 à l’initiative des autorités singapouriennes et de l’International Institute for Strategic Studies (IISS), il réunit une quarantaine d’ Etats participants.

Cette année, on pourra souligner notamment :

  • L’opposition (orale) véhémente durant 50 minutes entre le Général Wei Fenghe, ministre chinois de la défense et son homologue américain Lloyd J. Austin : « L’armée chinoise n’hésitera pas à déclencher une guerre » pour empêcher l’indépendance de Taïwan ; les Etats-Unis « s’opposeront catégoriquement à toute tentative de changer le statu quo ».
  • Le retour du Japon avec la participation de son Premier Ministre Fumiro Kishida (dernière présence de Shinzo Abe en 2014) qui a souligné la nouvelle orientation de la politique japonaise pour renforcer les forces de dissuasion, et promouvoir la coopération régionale en matière de sécurité afin de maintenir « un Indopacifique libre et ouvert » et de « s’opposer à tout changement par la force ».
  • L’accord franco-australien sur la compensation de 555 millions d’Euros pour l’annulation du contrat des sous-marins Naval group.

La France était représentée par le Ministre de la Défense Sébastien Lecornu (ex-Ministre de l’Outre-mer qui a géré le dossier Néo-Calédonien dans le précédent gouvernement français). Il a participé notamment à l’atelier « Gérer la concurrence géopolitique dans une région multipolaire » et y a rappelé que la stratégie française, » à la recherche de partenariats et de coopérations concrètes », n’est dirigée contre aucun Etat ».

La «Déclaration de Los Angeles» marque la clôture du sommet des Amériques qui s’est tenu aux Etats-Unis du 6 au 10 juin. Ce texte non contraignant quant aux flux migratoires, et assorti d’une enveloppe américaine de 314 millions de dollars d’aide humanitaire,  a été signé par les 20 pays invités à l’exclusion de Cuba, du Nicaragua et du Venezuela.

Du Canada au Chili, 9 pays riverains du Pacifique forment le 9 juin une coalition « pour la protection des océans » sous l’impulsion du Chili. Des zones marines protégées doivent ainsi être créées tout au long de cette façade maritime pour préserver la biodiversité marine.